Rechercher
  • Lina Tea | Hypnose Asmr

L’hypnose est-elle une forme de manipulation ?

Mis à jour : mars 9



Le mentaliste Derren Brown utilise des techniques d'hypnose pour manipuler son public

Manipulation (Larousse) : Action d'orienter la conduite de quelqu'un, d'un groupe dans le sens qu'on désire et sans qu'ils s'en rendent compte.


Oui, on peut considérer l’hypnose comme de la manipulation, dans le sens où elle permet d’orienter la conduite d’une personne dans un sens souhaité. Cela étant dit, l’hypnose dépend de l’intention de celui qui l’utilise.


En principe, l’intention de l’hypnothérapeute est de manipuler l’esprit de la personne qu’il accompagne pour l’aider à atteindre son bien-être. Même si la personne accompagnée ne connaît pas ou ne réalise pas toutes les techniques de suggestion et de communication employées par l’hypnothérapeute, la “manipulation” est, dans ce cas, consentie et légitime.


Toutefois, il est également possible d’orienter les actes d’une personne sans qu’elle s’en rende compte, lors d’une conversation d’apparence normale. On parle alors d’ “hypnose conversationnelle”. C’est ce que fait le mentaliste anglais Derren Brown dans la vidéo ci-dessous pour payer ses achats avec du papier blanc :



Dans le cas de Derren Brown, on peut parler de manipulation malveillante (ou presque, puisqu’on devine que pour pouvoir exploiter l’image de ces personnes, il est revenu les voir et leur a rendu leur bien).


Souvent, lorsqu’on parle de manipulation, on pense justement à une manipulation malveillante, consistant à nuire à l’autre pour l’intérêt personnel du manipulateur. Le mot manipulation est souvent mal perçu.


Pourtant, quand on y réfléchit : 1- on manipule tout le temps 2- on ne manipule pas forcément pour nuire à l‘autre



1- Ce qu’on fait de l’hypnose dépend de la personne qui l’utilise et de son intention


À priori, le but de l’hypnothérapeute est d’utiliser l’hypnose en faveur de la personne suivie, pour la guider sur la voie de la découverte de ressources inexploitées et souvent insoupçonnées.


Si le travail collaboratif est réussi, cela apporte souvent du bien-être également à l’hynothérapeute, par ricochet - pour ma part, je prends énormément de plaisir à voir les personnes que j’accompagne évoluer vers la voie de leur épanouissement... c’est une récompense inestimable !


C’est dans l’intérêt de l’hypnothérapeute que la personne qu’il/elle accompagne accède à son bien-être à l’issue de la thérapie.


Quid de ceux qui utilisent l’hypnose pour nuire ? Comme dans le film Get Out, où la psychiatre utilise l’hypnose pour faire faire des choses à son gendre contre sa volonté ?



Eh bien, l’esprit humain est tout de même bien fait, car il n’est pas possible, en hypnose, d’imposer quelque chose allant à l’encontre des convictions les plus profondes de la personne hypnotisée.


Si une personne ne se sent pas en sécurité, elle n’entre pas en état hypnose. Et si cette personne se trouve déjà sous hypnose mais se sent en danger, elle sortira elle-même de cet état.


La scène du film Get out où le héros se fait plonger, contre son gré, dans un état d’hypnose effrayant, et se retrouve transformé en marionnette à laquelle on pourrait faire faire ce que l’on veut, est donc un mythe - même si je reconnais que cette scène est fascinante de par le jeu d’acteur, la réalisation, et que Catherine Keener est terrifiante!


En hypnose thérapeutique, on manipule l’esprit non pas pour en prendre le contrôle, mais pour aider la personne suivie à reprendre le contrôle d’elle-même.


Qui ne s’est jamais dit : “Je ne sais pas ce qui me pousse à faire ça, mais je ne peux pas m’en empêcher. C’est plus fort que moi”.


Le rôle de l’hypnothérapeute est d’insuffler de la liberté, de la créativité, de la lucidité, là où il y avait du conditionnement.


La manipulation est ici légitime, éthique et bien entendu convenue entre les deux parties. Elle est toujours réalisée dans le respect de la personne suivie et avec son accord : son identité, ses valeurs, ses croyances, ses désirs, son histoire... C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’aime prendre le temps de discuter avec les personnes que j’accompagne durant chaque séance d’hypnose : pour bien les connaître et commencer à construire quelque chose d’important pour et avec elles.


En tant qu’hypnothérapeute, on se doit de ne pas imposer sa propre compréhension du monde. On utilise constamment les éléments fournis par la personne suivie. On l’amène à prendre elle-même des décisions pour son bien-être.



2- L’hypnose conversationnelle peut elle aussi conduire à des changements


L’hypnose conversationnelle dans un cadre thérapeutique ou médical


Dans une séance, l’hypnose débute souvent durant la phase de conversation. On parle alors d'hypnose conversationnelle. Une hypnose subtile, légère, quasi imperceptible, qui consiste à utiliser des techniques de communication telles que la synchronisation, le calibrage, l’art de la reformulation, du questionnement, de la suggestion, de la confusion, de l’élargissement de point de vue,…


Là aussi, on peut parler de manipulation, puisqu’on oriente la conduite de la personne sans qu’elle s’en rende forcément compte.


En quoi l’hypnose conversationnelle est-elle intéressante ?


D’une part, elle permet d’accompagner la personne en douceur vers l’état hypnotique. On commence à créer une “bulle” où seuls l’hypnothérapeute et la personne suivie sont présents. On la plonge dans un état de réceptivité.


D’autre part, elle permet parfois de provoquer, à elle seule, des changements considérables chez la personne. Dans certains cas, l’hypnose conversationnelle pourrait être suffisante, mais on accompagne tout de même la personne vers une transe plus formelle et plus profonde, pour lui donner une preuve de son état hypnotique (la plupart des gens en ont besoin, ils se disent qu’ils paient pour ça, après tout).


L’art du questionnement est un exemple de technique d’hypnose conversationnelle. Un hypnothérapeute portera souvent un regard enfantin, naïf, sans aucun préjugé ni jugement, sur les personnes et sur les choses. Il/elle posera alors des questions qui peuvent être déroutantes. Des questions que la personne ne se pose habituellement pas, comme par exemple : “Comment tu fais pour avoir peur ?”, “Comment tu sais que tu le veux vraiment ?”, “Qu’est-ce que ça signifierait en plus, ce changement, pour toi ?” “Qu’est-ce que tu ressens quand je te pose cette question ?”...


Pour y répondre, la personne est obligée de pénétrer dans son for intérieur. Et plus elle le fait, plus elle entre déjà dans un état de conscience modifié...


Pour que l’hypnose fonctionne, la personne n’est pas obligée de savoir qu’elle est en train de rentrer dans un état d’hypnose.


Le terme hypnose est parfois si clivant qu’il peut être préférable de ne pas le mentionner, afin d’éviter certaines réactions de rejet, de méfiance, ou simplement de peur. Certains médecins ou membres du personnel médical préfèrent utiliser d’autres expressions comme, par exemple, “un état de focalisation de l’attention”, qui fera généralement moins peur et sera mieux accepté par les patients.



L’hypnose conversationnelle de spectacle


Certaines personnes utilisent toutefois l’hypnose conversationnelle pour manipuler l’esprit d’autres personnes dans un cadre non thérapeutique ou médical.


Dans la vidéo suivante, par exemple, le mentaliste Derren Brown parvient en quelques secondes à faire oublier à des personnes le nom de la station de métro où ils descendent :



Oui, c’est rapide et impressionnant ! En ce qui me concerne, je suis épatée par sa capacité de cerner et de jouer avec l’esprit humain. Derren Brown a le flair pour repérer les personnes réceptives à ses techniques à tel moment, en fonction du contexte.


Il utilise des techniques de confusion, afin de saturer le conscient de ses interlocuteurs et glisser des indications à leur inconscient. Il est nécessaire par ailleurs de rappeler que la présence des caméras augmente considérablement la suggestibilité des personnes qu’il a soigneusement choisies. À peine ont-elles le temps de se demander ce qui leur arrive qu’elles reçoivent, dans la foulée, la suggestion d’oublier la station à laquelle elles doivent descendre.


D’autre part, faire oublier leur arrêt de métro à ces personnes n’a pas un impact énorme sur leur inconscient, en réalité. Ce dernière accepte facilement, offrant peu de résistance. En revanche, produire un changement profond chez une personne nécessite de prendre le temps de construire une relation solide avec elle.



3- Et si la manipulation était omniprésente ?


La manipulation peut être motivée par de bonnes ou de mauvaises intentions, des visées totalement neutres, elle peut être dirigée envers les autres, mais aussi envers nous-mêmes…


La manipulation envers autrui


Le fait est qu’on manipule tout le temps et très tôt. Les personnes avec lesquelles on interagit s’en rendent parfois compte, parfois non. Citons par exemple :


Enfant / Élève

  • L’enfant qui pique une crise dans un magasin de jouets pour convaincre ses parents que la seule manière de le calmer, c’est de lui offrir le jouet qu’il désire

  • La nounou qui demande aux enfants : “Préférez-vous vous coucher à huit heures moins le quart ou à huit heures?”. Et les enfants répondent : “à 8h!” (le choix est en fait illusoire)

  • L’enseignant qui, au lieu de demander à ses élèves d’essayer de résoudre un problème mathématiques, les défie de le résoudre le plus vite possible : “le premier à le résoudre a gagné!” (la probabilité de réussir sera plus élevée)


Business / Argent

  • Le commercial qui manipule le client pour lui vendre l’extension de garantie (ça me rappelle mes jeunes années, lorsque je travaillais chez Darty…)

  • Le client qui manipule le vendeur pour qu’il lui fasse une ristourne

  • Les chaînes de fast-food qui diffusent des effluves soigneusement élaborée pour éveiller l’appétit du consommateur potentiel

  • Le candidat à une offre d’emploi qui demande un salaire plus élevé que ce qu’il espère vraiment

  • L’employé qui se montre super aimable envers ses clients pour obtenir un pourboire

  • L’entreprise qui envoie une newsletter à ses clients/prospects ayant comme objet : “n’ouvrez surtout pas cet email”


Politique

  • L’homme politique qui fait preuve de démagogie envers ses électeurs


Divertissement

  • Le magicien qui focalise l’attention de son public sur quelque chose pendant qu’il réalise simultanément, à un autre endroit, son mouvement secret


Séduction / Amitié / Voisinage

  • La personne qui tente d’en séduire une autre en se demandant comment captiver son attention et comment activer son imagination, de façon à ce qu’elle ait envie de quelque chose de plus avec lui/elle

  • La personne qui complimente son ami(e) en lui disant qu’il/elle a l’air en forme aujourd’hui (la personne complimentée aura, inconsciemment, envie que cela se confirme)

  • La voisine sympathique qui offre des gaufres à ses voisins, en se disant qu’ils lui répondront favorablement le jour où elle aura besoin d’eux - comme par exemple pour réceptionner un colis ou nourrir le chat

  • La personne qui s’apprête soigneusement avant un rendez-vous afin d’influencer la perception qu’elle aura d’elle-même et qu’elle renverra à l’autre


Comme nous pouvons le voir, les exemples sus-cités se réfèrent à des manipulations réalisées aussi bien dans l’intérêt du manipulateur que du manipulé. L’hypnose correspond à ce second cas de figure : on manipule l’esprit de la personne suivie pour lui permettre de se libérer.


Après tout, n’y aurait-il pas au moins un soupçon de manipulation dans toute interaction humaine ?


On interagit constamment avec les personnes que l’on croise, que l’on rencontre. Or, dès lors qu’il y a interaction, il y a suggestion, influence. Et on interprète constamment ces suggestions, même involontairement.


Et certaines manipulations, loin d’être toxiques ou perverses, permettent de mieux communiquer, de divertir, d’entretenir des relations, d’aller plus loin avec quelqu’un, de pousser quelqu’un à se dépasser...


La manipulation envers soi-même


Il arrive même parfois de nous manipuler nous-même.


Je me rappelle d’une personne venue me voir en séance pour perdre du poids. A chaque fois qu’elle était dans la salle de réunion de son travail, où se trouvent toujours de nombreux gâteaux, elle commençait par se dire: “Juste un seul”. Sauf qu’un en amène un autre, puis un autre… (vous avez peut-être déjà connu ça, vous aussi ?) Et puis, au bout d’un moment, elle s’autoflagellait en se disant : “Tu me dégoûtes ! Si tu veux te comporter comme une grosse vache, mange tout le reste !” Et puis vient la colère, la culpabilité,...


Un autre exemple, plus positif cette fois. Notre manière de nous habiller, de nous exprimer, de marcher, de bouger, de nous tenir, d’agir, impacte non seulement l’image qu’on renvoie aux autres, mais aussi notre état d’esprit. Sachant cela, il peut être intéressant d’adopter une posture physique qui va correspondre à l’état d’esprit qu’on veut ressentir. Par exemple, adopter une posture confiante même quand nous ne sommes pas sûrs de nous-mêmes : se redresser, ouvrir son corps (décroiser jambes et bras), relever la tête et le regard, respirer calmement. Pour envoyer des signaux à notre cerveau, le “manipuler”. En ressentant les bienfaits de cette posture, on peut augmenter notre sentiment de confiance en nous. C’est simple et ça peut être très efficace.


Finalement, la meilleure manière d’avoir une interaction saine avec les autres et avec soi-même ne serait-elle pas de connaître ces techniques de manipulation ? C’est peut-être en les connaissant que l’on peut choisir d’interagir ou non à une situation donnée, d’avoir la liberté de répondre en accord avec qui l’on est et ce que l’on souhaite.


Cela étant dit, pour vivre l’état d’hypnose, il est plus efficace de ne pas réfléchir aux techniques utilisées pour encore mieux plonger au coeur de l’expérience. L’état d’hypnose ne demande ni de comprendre, ni de savoir, ni d’analyser. Au contraire, il est mieux de faire abstraction de tout cela. C’est une sensation, une impression très agréable, de se laisser porter, entraîner, par quelque chose, aussi bien interne qu’externe, réel qu’imaginaire, pour sortir de ses croyances habituelles et ouvrir le champ des possibles....


Et vous, qu’en pensez-vous ? Comment voyez-vous la manipulation ? Avez-vous des histoires de manipulation et/ou d’hypnose à partager ?

90 vues

Hypnose Asmr © - 2020 - Tous Droits Réservés